Sous risque pyrotechnique, STIFOR joue la carte « démolition contrôlée » pour la SNPE d’Angoulême (16).

D’abord, STIFOR revient sur la technique utilisée sur le chantier SNPE d’Angoulême mené en étroite collaboration avec la société BDS.

En effet, BDS est l’entreprise mandataire, à laquelle la SNPE d’Angoulême a attribué le chantier de déconstruction des dallages et fondations des anciens ateliers de production de coton-poudre. 

Par ailleurs, l’enjeu était de prévenir au maximum les travaux du risque pyrotechnique. Etant donné que «des accumulations de coton poudre se sont formées en dessous des dallages, devenus perméables au fil du temps». (Source : article BDS).

Dans un premier temps,  BDS a excavé les terres puis ennoyé les dallages et fondations au travers des carottages réalisés à distance (procédure risques pyrotechniques).

Dans un second temps, STIFOR a pu intervenir pour démolir les massifs béton, à savoir :

  • Carottages diamètre 200 dans massifs 60 cm environ
  • Mise en place et éclatage par vérins hydrauliques haute pression (jusqu’à 2 000 tonnes de pression)

 

Ainsi, cette technique permet une démolition contrôlée sans eau, bruit, poussière et sans vibration.

 

Voici les différentes étapes pour comprendre cette technique :

  • Mise en place de l’éclateur dans le percement.
  • Un groupe hydraulique entraîne les vérins (ou éclateurs).
  • Les plaques de pression, disposées devant les vérins, viennent exercer la pression souhaitée sur les parois béton.
  • Pour calculer la force de compression qui sera exercée, compter 260 tonnes/éclateur.
  • Le béton est éclaté depuis l’intérieur vers l’extérieur.
  • Le massif est ainsi divisé en morceaux de déchets inertes, facilement évacuables et valorisables.

 

 

De plus, STIFOR dispose d’un atelier de mécanique, hydraulique et électrique. Celui-ci lui permet de réaliser toutes maintenances des matériels de sciage et carottage des 3 agences ainsi que la fabrication de diverses pièces.